ZOOM: Avec Alexandre Giroux

 

Alexandre Giroux est un jeune artiste nîmois, diplômé de l'ESBAN. Il est intervenu durant 5 séances au sein des ateliers.

 

Présentation de l'artiste:

Le travail d’Alexandre Giroux s’attache à un «presque rien» poétique, un acte minimum de la création. Considérant que celle-ci ne peut se faire ex nihilo, il utilise des images et des signes issus d’une conceptualisation du monde, d’une appropriation de celui-ci génératrice de sens [...] il appréhende la représentation par les processus ou les aléas de sa fabrication dépassant l’opposition entre art et artisanat (Ramon Russell in catalogue BJCEM 2008)

 

voir son site link

Exemples d'oeuvres:

concrète, conditionnement plastique/4x2cm/2011
La concrète est un parfum solide à base de cire. Elle est ici fabriquée à partir de la cosmos, fleur non utilisée habituellement en parfumerie. Le produit cosmétique ainsi obtenu n'a pas pour objectif d'offrir une odeur agréable et harmonieuse.

30 dscn9634

édition à 600 exemplaires d’une copie manuscrite de l’édition du 19 septembre 2006 du journal Le Monde/47x32cm fermé/40 pages/2007
[...] D'une autre manière, la copie permet de transformer le réel pour transmettre une idée du temps. Le travail laborieux et minutieux d'Alexandre Giroux est un exemple de la temporalité du texte. Il a redessiné intégralement le journal Le Monde du mardi 19 septembre 2006 au stylo-bille. Les blocs de texte sont fidèlement retranscrits dans le même espace que l'imprimé d'origine. L'effet est saisissant : le temps est arrêté. Le journal quotidien est obsolète, se transformant en objet figé. [...]
Vanessa Dzuiba in Collection

43 dscn0696

 

 

 

 

mortier-colle/30x11x7cm/2011
Mortier-colle coulé dans une basket portée pendant plusieurs mois. Après démoulage, la forme obtenue se situe entre mon pied et la chaussure.

29 dsc04377

 

 

Séance de présentation:

Lors de la première séance, Alexandre présente son travail aux enfants.

Afin d'aborder une démarche parfois subtile et complexe, on utilise un tableau d'analyse, essayant de la mettre en évidence , à savoir mettre en doute des préceptes liés aux savoirs et à la représentation, par le biais de la fabrication et de matériaux simples.

 

 

Journal flux quotidien d

 

Nous voulons montrer aux enfants que les conceptions de la représentation évoluent avec l'histoire. Pour cela il suffit de comparer la représentation d'une table à la Renaissance à celle peinte dans l'Egypte ancienne.

Il en va de même pour la sculpture. Sa définition a ,elle aussi, largement évolué. Ils comprennent d'emblée qu'une sculpture peut-être faite de "tout et n'importe quoi", pourvu qu'elle soit en trois dimensions.

 

Atelier pratique:

Il s'agit d'expérimenter et de mettre cette expérimentation en lien avec des observations et vice-versa.

Nous choisissons de nous pencher sur un objet banal et simple,par sa forme, ses caractéristiques, ses connotations aussi (afin de ne pas se disperser en observations): la boîte à oeuf.

Chacun s'exprime librement sur l'objet. Finalement une remarque retient notre attention: pourquoi un réceptacle pour forme ronde a-t-il une forme hexagonale? Moulons l'objet pour mieux l'observer.

Le résultat de ce moulage nous donne une nouvelle vision de l'oeuf. Il est son empreinte détournée , son artefact. Nous renouvelons l'expérience sur différentes boîtes et obtenons ainsi une série.

 

 

alex 0357

 

 

Nous pouvons faire le lien avec la basket d'Alexandre. D'une part par le procédé, le moulage. Le plus intéressant dans l'exercice reste que la forme obtenue n'est pas prévisible (seulement grossièrement). C'est avec surprise que nous découvrons le résultat: les oeufs qu'auraient dû contenir ces boîtes.

La morphogénèse:

Nous décidons par la suite de nous pencher sur un autre aspect du travail d'Alexandre. Il nous parle de la morphogénèse, sujet sur lequel il travaille en ce moment (la génèse desformes à l'échelle macro et micro).

 

Qu'est-ce que la morphogénèse? Nous retiendrons ceci:

L'étude de la morphogenèse est une branche de la physique, comme de la biologie, qui cherche à comprendre par quels mécanismes une forme apparaît et se développe. Il existe bien entendu un nombre illimité de formes possibles.

1

tournesol

Jusqu'il y a peu, la science essayait d'expliquer l'émergence de formes par des théories qui, regardées en détail, supposaient la forme à venir « déjà connue », comme programmée.

 

On comprend mieux la morphogenèse dans le cosmos de Copernic, où la Terre n'est pas le point fixe autour duquel l'Univers tourne. Par ce changement de point de vue, Copernic découvre une autre idée de la Nature.

 

De la même façon, on peut dire que la graine n'est pas la mémoire de la plante. Elle ne contient pas le programme de la forme, mais réunit les conditions locales d'une transformation progressive. La graine pousse avec ce qui l'environne et l'influence à son tour. Elle n'est ni l'origine de la plante ni son aboutissement.

Plusieurs processus cellulaires participent à la morphogénèse :

· la prolifération cellulaire ou mitose qui permet de produire de nouvelles cellules

· l'apoptose ou mort cellulaire programmée qui permet par exemple de former les doigts (disparition de la partie palmée entre les doigts)

· la migration cellulaire (qui intervient dans le plan d'organisation des animaux)

On peut noter aussi trois schémas récurrents de structurations des formes : radiale (en étoiles de mer), symétrique (par rapport au nombril) et arborescente (division des branches d’un arbre). (plus d'info sur le blog richement illustré de Vincent Fleury link)

 

2 3 imagesCA0RJS08

 

 

 

 

 

Pour tester ces différents "processus", nous utilisons la technique de la peinture à la cuve. Les ronds colorés laissés à la surface rappellent la forme des cellules, des ronds concentriques formant des sortes de membranes.

5

Nous observons que chaque couleur se disperse différemment. Nous expérimentons les poussées de l'une sur l'autre.

Les enfants trouvent que les couleurs sont moins vives que celles qu'ils attendaient. Nous sélectionnons une série de peintures. Nous les modifions sur un logiciel de retouche photographique afin de saturer les couleurs, de les rendre artificielles, et ainsi de les rapprocher de l'imagerie scientifique.

c0

c4

c9

c1

c2

 

Dans chaque procédé, le résultat est toujours largement imprévisible. Mais surtout, et c'est cela qu'il faudra retenir de cette série d'ateliers, c'est que nous sommes encore dans la posture du chercheur/ spectateur. Car outre les grands préceptes qui servent de point de départ aux œuvres d'Alexandre, ce qu'il renouvèle avant tout, c'est la vision que l'on a d'un artiste.